J’ai choisi de vous parler ce mois-ci d’un sujet qui semble à des années-lumière de mon activité de relectrice-correctrice-traductrice.

Le parcours professionnel, voire le parcours de vie dans son ensemble, des personnes que je rencontre ou que je côtoie régulièrement me passionne. Les étapes-clés et ce qui fait prendre telle ou telle direction ou décision, l’histoire de la naissance d’un être vivant, les origines d’une entreprise, d’un produit, d’un objet, d’un pays, le pourquoi-comment du commencement, puis les différentes phases de l’évolution : voilà qui attise ma curiosité.

Découvrir et apprendre quelque chose, autant que discuter de nos parcours de vie respectifs : c’est cela qui motive ma participation à des réunions de networking entre entrepreneurs.

Cet engouement est également l’un des moteurs de la façon dont j’ai choisi d’exercer mon activité professionnelle : des entrepreneurs me demandent de « travailler sur » des documents-outils de communication pour les faire connaître, informer d’un développement, expliquer un fait, établir un lien, transmettre une information ou faire le compte rendu d’un événement. Ce qui m’anime, c’est de mettre en avant le caractère unique du document. Le message n’a pas forcément besoin d’être innovant ou extraordinaire pour retenir l’attention. Il est digne d’intérêt simplement parce qu’il existe. À moi ensuite d’aider le rédacteur à faire passer son message le plus clairement possible, en respectant son style et en fonction de différents critères.

Il arrive souvent que la curiosité soit considérée comme ce vilain défaut dont votre entourage (toutes générations confondues) vous rebattait (peut-être) les oreilles lorsque vous étiez petits. D’ailleurs, on parle de « curiosité malsaine » qui associe la curiosité à un comportement dégradant et répréhensible.

Être curieux serait indiscret.

Une curiosité serait une « chose curieuse ».

D’après le dictionnaire, « curiosité » vient du latin curiositas qui veut dire « soin ».

Faire preuve de curiosité est également « avoir le souci de quelque chose » et une « tendance qui porte à apprendre, à s’informer, à connaître des choses nouvelles ».

Et une curiosité est aussi un « objet recherché ».

Pour ma part, malgré les réactions de courroux que cela impliquait parfois, cette saine curiosité de connaître les parcours de vie m’est venue toute petite. J’ai cette impression d’avoir toujours pris plaisir à écouter, observer, comprendre, apprendre et à en discuter avec des personnes ressentant ce même élan, à la fois de parler et d’écouter avec une pleine attention. J’aimais entendre le récit de leurs expériences, connaître leurs opinions ou leurs sentiments personnels et pouvoir transmettre à mon tour mon expérience, mes opinions, etc. Ces personnes répondaient volontiers aux questions que je leur posais et je montrais un intérêt authentique à ce qu’elles me disaient.

Ce qui me semble important est l’échange verbal et gestuel, la connexion (invisible mais ressentie bien réellement) des cerveaux qui se manifeste par des paroles et gestes bienveillants, preuves de l’attention véritable que notre interlocuteur nous porte.

Dans un monde qui ne s’arrête jamais, l’écoute mutuelle et les conversations profondes sont devenues rares dans la vie professionnelle et personnelle. Prendre le temps d’écouter et de converser en profondeur ne signifie pas se muer en réceptacle dans lequel une autre personne déverserait toutes ses expériences négatives, ni se laisser envahir ou s’effacer en pensant que sa vie n’est pas digne d’intérêt. Il n’est pas question non plus de prendre la place d’un soignant professionnel, ni de se cacher, de se comparer, d’envier. On peut faire preuve d’empathie sans s’oublier, ni se considérer comme bon à rien. Notre interlocuteur a une vie différente qui parfois ressemble à la nôtre. Il a sa propre façon de penser et des ressentis et des sentiments qui lui sont personnels et qui peuvent parfois être les nôtres également. Chaque personne est unique et a une place qui compte. Chacun(e) porte une pépite intérieure qui ne demande qu’à briller.

Chaque parcours de vie, professionnel comme personnel, est passionnant et digne d’intérêt.

Se connecter à d’autres êtres vivants, et pas seulement par l’intermédiaire de machines, demande beaucoup d’énergie et de disponibilité mais c’est aussi une source inépuisable de bien-être. Montrer de l’intérêt pour la vie des autres sera, toujours et avant tout, un signe d’attention sincère envers celles et ceux qui nous entourent.

Céline

www.celinebouvierbarache.com

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *