Chères lectrices, chers lecteurs,

J’aurais pu aussi intituler ce billet n° 42 : « Respirez ! », tellement nous négligeons cet acte physiologique inné, aussi banal que vital – c’est le cas de le dire – qu’est la respiration.

Tout ce que nous faisons se cale sur ce souffle qui jamais ne s’arrête. Il est toujours là et ne nous lâchera pas, tant que nous serons vivants.

Nous ne le remarquons guère pourtant, ce fidèle serviteur…

…Hormis dans les moments de stress intenses, ou au contraire de pause solitaire, choisie ou forcée au cours de nos journées.

De même, sa présence nous saute aux yeux dans nos loisirs sportifs ou artistiques lorsque le professeur nous répète, avec une inlassable et patiente bienveillance, de faire tel mouvement à l’inspire et tel autre à l’expire.

Les poumons étant sollicités, la respiration se nomme ventilation pulmonaire chez les humains. Les plantes, les arbres et les animaux, eux aussi respirent, qu’ils aient des poumons ou un autre organe respiratoire.

Autant le terme inspirant me hérisse, autant je chéris l’expression Inspirez… Expirez…, symbolique à plus d’un titre.

Tout comme l’injonction « Respire ! » que j’ai retrouvée jusque dans le nom commercial d’un déodorant, cette expression revient en force à l’heure où le rythme de nos vies ne nous laisse presque plus le temps justement de respirer.

Très prosaïquement, nous inspirons l’air ambiant qui contient – même s’il n’est pas 100 % pur – des éléments nécessaires au bon fonctionnement de notre corps entier. Puis, nous expirons un air chargé de tous les éléments  dont il n’a pas besoin.

Inspirez… Expirez… pour ralentir, pour vous endormir, pour vous calmer, pour vous ancrer pleinement dans le présent et dans ce que vous ressentez, si vous fermez les yeux.

Lorsque nous ralentissons notre respiration en regardant autour de nous, nous nous sentons vivre intensément, notre attention est comme aiguisée par tout ce qui nous entoure.

C’est comme si la respiration exacerbait nos sens et nos pensées.

Nul besoin de se mettre en danger, il suffit de respirer !

Inspirez… Expirez… Comment fait-on ? On ne se pose même plus la question. Respirer est un processus automatique, comme marcher ou penser.

Maintenant, observez la façon dont vous respirez.

Votre ventre se gonfle-t-il lors de votre inspiration comme le fait celui d’un nouveau-né (respiration ventrale ou abdominale) ?

Ou bien votre thorax ou vos côtes se soulèvent-ils grâce à l’air qui pénètre dans votre organisme (respiration thoracique ou costale) ?

Ou encore votre respiration est-elle complète, sollicitant votre corps entier dans un mouvement d’ondulation, telle une vague ?

En vous concentrant sur votre respiration, vous allez découvrir votre espace intérieur, détourner votre attention des 1001 pensées qui vous assaillent en permanence et développer la conscience de ce qui se passe en vous ET autour de vous.

Inspirez… Expirez… Sentez l’air frais qui passe par vos narines et se propage dans votre ventre qui se gonfle doucement et profondément. Faites une pause, puis expirez lentement – plus votre expiration sera longue, plus la détente sera maximale – en laissant votre ventre se vider de tout l’air inspiré.

Outre l’oxygénation de votre sang qui fournit ainsi de l’énergie à vos cellules, « bien » respirer vous permettra de vous reconnecter à votre corps, d’en chasser les tensions et les douleurs et d’arriver à cet état de bien-être tant recherché aujourd’hui.

Méditez – la respiration consciente est la base de la méditation –, insérez des respirations (=pauses) dans votre emploi du temps en écrivant par exemple « Temps pour moi » à des horaires précis dans votre semaine.

Vous ressentirez dans ces moments la joie profonde d’être vivant.

Essayez et… appréciez.

Tout simplement.

Céline

 

©Céline Bouvier Barache

www.celinebouvierbarache.com – contact@celinebouvierbarache.com –
06 85 55 43 58 – http://fr.linkedin.com/in/celinebouvierbarache

La relecture, la correction et la mise à jour des documents professionnels, rédigés ou traduits en français, font partie intégrante de leur conception. Installée en free-lance dans la région parisienne, j’accompagne votre équipe au cours de ces étapes. Contactez-moi et nous identifierons ensemble la réponse la plus appropriée à votre demande.

 

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *