Chères lectrices, chers lecteurs,

Voilà, mars s’achève et sonne le début d’un nouveau printemps. Pour l’occasion, j’ai décidé de faire une exception – oui, déjà 😉 – dans ma série « Un mois, une expression » et je vais vous parler de cette saison. Rassurez-vous, j’adore les sciences et mon exposé sur ce sujet sera pointu mais pas trop quand même (car je ne suis pas scientifique !).

Vous êtes, je crois, nombreux à préférer comme moi le printemps et à en ressentir les bienfaits dès les premiers jours (en dépit des nombreuses allergies qui se déclarent alors). Est-ce le soleil et sa chaleur douce ? les couleurs et les odeurs de la nature ? la sensation de légèreté ? la fluidité soudaine des événements et des relations avec l’impression que « tout » redevient possible ? La faune et la flore semblent ne pas être les seules à s’épanouir à cette saison.

En plus d’être honorée en chanson par Jacques, Léo, Pierre, Henri ou Jean pour les francophones, de faire swinguer nos amis anglophones et d’être une référence en musique classique, cette époque de l’année suscite de façon récurrente un vaste débat pour savoir si c’est le 20 ou le 21 mars qui en marque le début.

Regardez aujourd’hui vos calendriers et agendas imprimés. Ils optent unanimement pour le 20 quand dictionnaires et médias, du moins la plupart, défendent becs et ongles la date du 21 comme point de départ de la saison 2 dans l’année civile. [« Comment cela, deuxième saison ? », allez-vous me dire. Eh bien oui ! si janvier, premier mois de l’année civile, est en hiver, logiquement la saison 1 serait l’hiver, suivie du printemps qui serait la saison 2…]

Quel casse-tête ! Non seulement, le jour varie mais on nous parle du printemps comme de « la première des quatre saisons […] dans l’hémisphère nord » (dixit le Petit Robert) alors que c’est la deuxième si l’on suit le calendrier civil !

Mais, la nature et la vie ne sont, heureusement, pas uniquement faites de logique. Par ailleurs, on parle de saisons australes ou boréales, de saisons astronomiques, de saisons climatiques ou météorologiques et de saisons calendaires, il y a de quoi en perdre son latin.

Le dictionnaire a raison cependant, c’est la première saison, déjà dans l’imaginaire collectif pour qui, comme je l’évoquais plus haut, le printemps est associé à la naissance de quelque chose ou au renouveau, bref, à la relance de la machine. Réellement aussi, la vie démarre ou reprend, les hommes, les animaux sortent de leurs maisons –terriers, la végétation s’épanouit et colore les balcons, jardins, prairies et forêts après une période de parenthèse, de préparation souterraine et d’hibernation.

Revenons au pourquoi des dissonances de date. Et là, âmes chercheuses, cela peut vous intéresser. À l’aide d’Internet, je peux vous transmettre (avec circonspection car je n’ai pas multiplié les sources) les quelques informations suivantes.

En Occident, les saisons sont divisées en quatre phases qui dépendent, par convention, du jour auquel se produisent les deux équinoxes et les deux solstices de chaque année.

Lors des équinoxes, le Soleil est situé au zénith à midi et la durée du jour est égale à celle de la nuit. Le printemps démarre donc « à l’équinoxe de mars (vers le 21 mars), l’été au solstice de juin (vers le 22 juin), l’automne à l’équinoxe de septembre (vers le 23 septembre), l’hiver au solstice de décembre (vers le 21 décembre) », comme nous l’apprend Wikipédia.

Lors des solstices, le Soleil « atteint son plus grand éloignement angulaire du plan de l’équateur », tel que défini dans le Petit Robert. À ce moment, le jour est le plus long (solstice d’été) ou le plus court (solstice d’hiver). Mais ce phénomène est inversé dans l’hémisphère Sud !

Comme si ce n’était pas déjà assez compliqué, s’ajoutent les divergences entre calendriers grégorien (en Occident) et julien, chinois, hindou, russe, etc. et je ne vous parle même pas des différences entre années tropiques et années vernales !

Pour conclure, tout est fonction de la position et de l’orientation de la Terre par rapport au Soleil et qui dit mouvement de l’axe de rotation terrestre dit évolution de la date de début des saisons.

À cela s’ajoutent les phénomènes majeurs que sont les dérèglements climatiques et on observe, en plus, un décalage entre le temps (la météo) qu’il fait et les dates officielles des saisons. « Naturellement » parlant, le printemps commencerait actuellement le 1er mars !

Enfin, je continue de me demander : « Pourquoi apprend-on, lorsqu’on est enfant, la ritournelle « Printemps, Été, Automne, Hiver » et non pas « Hiver, Printemps, Été, Automne » ? »

À vous de me le dire 😉 !

Céline

©Céline Bouvier Barache

www.celinebouvierbarache.com

La relecture, la correction et la mise à jour des documents professionnels, rédigés ou traduits en français, font partie intégrante de leur conception. Installée en free-lance dans la région parisienne, je propose d’accompagner ponctuellement votre équipe au cours de ces étapes. Contactez-moi et nous identifierons ensemble la solution la plus appropriée à votre demande.

Partager cet article :

One thought on “C’est le printemps !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *