Et c’est reparti pour une année studieuse !

À intervalles réguliers, les enfants, petits et grands, et leurs enseignant(e)s « prennent congé » de leur établissement. Pendant ces périodes de vacances scolaires, ils savourent ce temps de libre activité et, « hors les murs », la plupart continuent d’apprendre, de mettre en pratique, de se préparer, etc.

De même, les salariés d’une entreprise et les fonctionnaires, quel que soit le secteur d’activité ou le poste, font au moins 1 fois par an une pause pendant quelques jours et investissent ce temps au gré de leurs besoins, possibilités ou envies.

Cela fait du bien de quitter son lieu de travail, aussi fleuri et agrémenté d’espaces ludiques soit-il, et de s’éloigner de ces « relations au travail » pas toujours très saines.

Un bémol : aujourd’hui connecté presque 24 h/24, on a tendance à emporter du travail chez soi ou sur son lieu de vacances. Du coup, on ne distingue plus bien quand commence et s’arrête cette pause.

Comment cela se passe-t-il pour les travailleurs indépendants (en langage administratif, TNS ou travailleur non salarié), toutes professions confondues ? Ou pour les chefs d’entreprise, quelle que soit la taille de leur entreprise – bon, sauf s’ils choisissent de recruter tout plein de chouettes personnes salariées pour les aider ?

Un peu comme les autres et un peu différemment. Je vais vous en donner un aperçu dans les paragraphes suivants.

Les travailleurs indépendants et chefs d’entreprise ont la possibilité de flexibiliser leur temps au bureau et en vacances. Ils organisent leurs périodes de travail et de repos/activités extra-professionnelles en fonction de la demande, de leurs objectifs, de leur stratégie ou de nécessités économiques.
Cela a des bons côtés effectivement.

Toutefois, gardez en tête qu’aujourd’hui, comme à l’époque où les nouvelles technologies n’existaient pas, les TNS/chefs d’entreprise ont du pain sur la planche tous les jours de l’année.

Leurs périodes de travail se découpent en plusieurs morceaux qui correspondent aux différents départements d’une moyenne ou grande entreprise : le Commercial, la Production, l’Administratif, les Finances, la Formation, la Communication, etc.

Je ne suis pas à la tête d’une multinationale – ce n’est pas mon objectif de toute façon 😉 et je travaille pour moi, ce qui veut dire endosser toutes ces fonctions ou « casquettes », les unes après les autres ou plusieurs simultanément, dans une même journée/semaine/année. Qui plus est, seule la casquette Production me rémunère, les autres impliquent aussi un investissement personnel en temps et en argent, qui ne se voit pas tout de suite au crédit de mon compte en banque…

Quelques exemples, simples mais qui nécessitent de jongler sans cesse entre des activités très différentes tout en conservant un niveau constant de rigueur, de confiance, de détermination, d’adaptation et d’ouverture d’esprit (bien sûr que j’ai des « coups de mou » parfois, comme tout le monde !).

Ainsi, je suis en train de vous écrire (ce qui équivaut aux missions du service Communication de votre entreprise) ou de relire un document à réécrire, corriger ou réviser ou traduire (service Production) et un prospect m’appelle (service Commercial). Un autre jour ou dans la même journée, je planifie l’évolution de mon offre (services Marketing et Formation), puis je règle des questions de gestion, ensuite j’effectue la déclaration mensuelle de mes revenus et pointe mon compte bancaire (services Administratif, Financier, Comptabilité). Enfin, j’établis un devis, je lis et réponds aux courriels ou textos de demande de renseignements, d’invitation à des événements de réseautage ou networking (petits-déjeuners, apéro-lunchs, soirées) pour y rencontrer d’autres entrepreneurs (services Commercial et Communication), ou encore aux invitations à des colloques et ateliers pour apprendre ou s’informer (service Formation). De plus en plus souvent, j’essaie de ne pas multiplier les fonctions en une journée et de les planifier sur une plus longue période de façon à… garder la santé. Chaque chose en son temps !

Toutes ces tâches quotidiennes que les entrepreneurs accomplissent sont réellement passionnantes car elles les plongent dans l’action réfléchie et créent une dynamique positive. Le cœur de mon métier correspond au travail d’un département Production et se découpe par client et par projet ou mission. Comme la concrétisation d’un projet dépend de plusieurs facteurs, pas tous prévisibles, je ne suis pas tout le temps « en production ». Cependant, et vous l’aurez compris à la lecture de ce billet, même sans projet en cours, je travaille !

Bonne journée,

Céline
www.celinebouvierbarache.com

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *