Doucement, lorsque la météo s’y met, on passe à la saison suivante.

Cette année 2017, encore plus rapidement :-). Au début du mois d’août, on se croyait dans un automne classique, presque hivernal avec le vent du nord… mais voilà que septembre pointe le bout de son nez et l’été reparaît ! Des couleurs estivales que revêtira peut-être la Bretagne à la Toussaint et à Pâques, comme cela a déjà été le cas d’autres années.

Que l’on dise réchauffement de la planète Terre ou dysfonctionnements climatiques, vraiment, y a plus de saison, messieurs dames !

La nostalgie des voyages passés se fait plus pressante…

Back to Europe.

Souvenirs de jeunesse… Les Pays-Bas. Amsterdam, avec ses canaux, ses vélos, les petits-déjeuners copieux des auberges étudiantes avec fromage, jambon, œufs. Le dark side de la ville : très peu pour moi ! En revanche, j’ai manqué la visite de la Maison Anne Franck et je le mets dans ma liste des 100 choses que j’aimerais faire !

À 19 ans, après un premier job d’été, je suis partie avec des amis dans un village croate, non loin de Zagreb (le pays s’appelait encore Yougoslavie à l’époque). J’ai testé les sports d’eau (ski nautique, kayak de mer, voile) avec aussi peu d’enthousiasme au début qu’à la fin mais j’ai pu faire quelques excursions à pied sur la terre ferme, ce que je préfère largement.

Parenthèse pour me comprendre : je ne me lasse pas d’admirer les côtes sauvages maritimes, quels que soient la région et le pays.

Je peux rester des heures, en pleine nature ou sur un rivage peu fréquenté, à regarder et sentir la mer, à capter avec tous mes sens la majesté, la pureté et la puissance de ces éléments naturels qui se rencontrent : l’eau avec les rochers et le sable, les oiseaux, le ciel, les nuages, la végétation.

J’aime la sensation d’être portée par l’eau lorsque je nage mais je n’apprécie pas de rester longtemps dans ou sur l’eau.

Fin de la  parenthèse.

Les souvenirs croates plus précis se sont envolés… Je retournerais bien dans cette région d’Europe pour en redécouvrir l’histoire et la culture.

Quelques années plus tard, avec des amis, visite à moto de la côte belge (Ostende, etc.). J’étais passagère grand confort (cela reste de la moto :-)) mais dans mon souvenir, le gris domine.

Autre lieu, on prend les mêmes et on recommence : cette fois, une virée en moto à Bruges et autour. Tourisme. Canaux. Fleurs. On dit que c’est la « Venise du Nord ». Je ne sais pas, je ne connais pas l’Italie. Décor romantique mais ce n’est plus trop mon truc.

La Suisse : à différentes périodes de ma vie, visite de villes et villages de Suisse romande avec des membres de ma famille, habitants de la zone frontalière (côté France), puis de Genève, notamment le palais des Nations, siège européen de l’ONU, au cours d’un voyage d’études sur les relations internationales et la géopolitique du 20ème siècle, organisé par l’association Connaître l’Europe et les Européens, dans le cadre de mon cursus à l’ISIT (en 1992).

Descendons vers le Sud…

Longtemps après la fin de mes études supérieures, arrivée à un tournant professionnel, j’ai eu envie d’actualiser mes connaissances, notamment linguistiques, et plus précisément l’espagnol, langue étrangère que j’avais abandonnée au profit de l’anglais et du russe une fois le baccalauréat en poche. Je me suis donc inscrite pour un séjour linguistique de quelques jours à Madrid, en Espagne. Logée seule dans une famille espagnole, je me souviens bien des cours de l’école de langues, d’une sorte de « pain perdu » au petit-déjeuner, de la couronne des rois (galette des rois à l’espagnol) et du chocolat chaud onctueux et succulent, bien appréciable –nous étions au mois de janvier.

Plusieurs années après, pour mes 30 ans, séjour itinérant touristique en Andalousie avec un ami. Nombreuses visites culturelles et excursions. Architecture à couper le souffle, paysages superbes, hôtels de charme, nourriture saine en abondance.

Last but not least, l’Europe centrale et orientale.

Je n’ai pas eu la chance pour l’instant de découvrir la Pologne d’où viennent certains de mes ancêtres mais déjà l’Ukraine, terre d’autres ancêtres, m’a éblouie. À l’occasion d’un séjour studieux vers Kiev, j’ai pu participer à de nombreuses visites culturelles, admirer son architecture et découvrir son histoire.

J’ai ressenti ce même émerveillement en visitant la Moldavie et la Roumanie au cours d’un road trip avec l’une de mes cousines qui partageait mon intérêt pour notre généalogie commune. Elle faisait alors un stage d’études là-bas et avait organisé avec une agence locale le logement chez l’habitant ou à l’hôtel et la location d’une voiture (dont on a craint plusieurs fois la panne !). À quelques heures d’avion de Paris, dépaysement total, aussi bien culturel, gastronomique, qu’historique (notre grand-mère paternelle est née à Bucarest dans une famille à l’histoire passionnante et complexe).

Enfin la Russie. J’y ai fait plusieurs séjours linguistiques, à Moscou et à Saint-Pétersbourg. En plus des cours de langues pour étrangers, immersion dans la vie quotidienne de plusieurs russes rencontrés simplement à notre arrivée et qui ont permis au groupe d’étudiants français dont je faisais partie de visiter des lieux insolites de la ville et de la campagne. Je me souviens notamment d’un pique-nique au bord d’une rivière à déguster des petits bouts de gastronomie slave. Un délice ! À l’époque, on ne trouvait pas facilement en France, et surtout à des prix incroyables, ces mets symboliques russes. À Saint-Pétersbourg, je me souviens d’une balade en bateau sur la Neva d’où l’on pouvait admirer des façades anciennes magnifiques mais, pour certaines, qui cachaient une ruine.

Comme dans les autres pays de cette partie de l’Europe, l’architecture et l’histoire m’ont marquée positivement et j’aimerais y retourner en famille. Je tiens à souligner également l’accueil extraordinaire des habitants de ces régions, en tous les cas à l’époque où j’y suis allée.

Il me reste de nombreux pays à voir en Europe et dans le monde, certains m’attirent plus que d’autres, chacun pour des raisons différentes, mais toujours avec un même objectif : sortir des sentiers battus, s’attarder sur l’insolite, le méconnu, le différent.

L’Australie, la Nouvelle Zélande, l’Islande, le Danemark, l’Argentine, le Chili, le Pérou, le Brésil, le Portugal, la Bulgarie, le Tibet, les Bahamas, etc. en plus de l’Amérique du Nord qui recèle tant de régions à revisiter ou à découvrir (le sud-est des États-Unis, le Minnesota, les grands parcs régionaux et nationaux de l’ouest, le Canada, San Francisco, etc.).

Parcourir de nouveau l’étranger, oui, mais je n’oublie pas la France.

Les côtes sauvages, les sites naturels ou endroits de charme en Bretagne, Normandie, Dordogne, Savoie, Jura et ailleurs, l’architecture, les villages authentiques, la gastronomie, l’histoire.

Enfant, ado, adulte, en famille, en groupe sportif, à pied, à vélo, en raquettes, en train, en voiture, je l’ai sillonnée la France et il m’en reste tellement à explorer 🙂 ! De quoi alimenter cette fameuse liste des 100 choses que je rêve de faire et que vous pourrez découvrir lorsque le temps viendra en vous abonnant dès maintenant à mon blog afin de recevoir mes prochains articles.

Belle rentrée à tous !

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *